Besoin de granulats ?

La carrière

Exploitation et valorisation

La carrière… espace naturel, complexe industriel !

Si les réserves naturelles de roches – et donc de granulats – sont abondantes, la volonté commune est de préserver cette ressource pour les générations futures, en l’exploitant avec raison pour mieux la préserver.

 

Les contraintes techniques, économiques, environnementales sont telles que l’exploitation d’une carrière ne peut se concevoir que dans le temps (plusieurs décennies) et selon un plan prédéterminé qui englobe l’exploitation mais aussi le réaménagement et la valorisation du site.

La réglementation

L’ouverture et l’exploitation d’une carrière sont soumises à une réglementation très stricte. Elles sont notamment précédées d’une étude d’impact qui analyse, en fonction du site et du mode d’exploitation, les effets sur l’environnement. Elle prescrit les mesures à prendre pour le préserver et intègre le projet de réaménagement en fin d’exploitation. De nombreux acteurs participent à ce type d’étude : géologues, hydrologues, experts en biodiversité…

 

Le plan de phasage et le réaménagement coordonné

L'autorisation d'Installation Classée pour l'Environnement, qui s'applique aux carrières depuis 1971, impose un plan de phasage de l'exploitation sur plusieurs années (généralement selon un plan quinquennal). Ce plan est établi en concertation avec le propriétaire (dans le cas d'un contrat de foretage) et la commune. Il permet de mettre en place les garanties financières de remise en état du site.

 

Il prend en compte l’intérêt du (des) propriétaires et de la collectivité, mais aussi les contraintes environnementales : harmonie du paysage, proximité d'un habitat, valorisation de la faune et de la flore, contraintes hydrauliques (prévention des risques de pollution, de crues ou d'inondations…).

 

Le plan de phasage intègre un réaménagement coordonné des terrains : durant l'exploitation de la zone (N), on réaménage la zone exploitée précédemment (N-1). Les terres fertiles découvertes en zone (N+1) sont utilisées pour la création de merlons (talus ensemencés ou végétalisés qui masquent l'exploitation).

Ces mêmes terres serviront ensuite au réaménagement de la zone (N). Mais l'activité ne peut se poursuivre en zone N+1 qu'après remise en état de la zone N-1.